Le numérique appliqué à l'enseignement pratique, un levier pour une pédagogie de l’alternance intégrative

Facebook IP2A Twitter IP2A LinkedIn IP2A
Pédagogie

Dans le domaine de la formation en alternance, la réflexion sur les meilleures modalités de "transmission" des compétences professionnelles, a été constante auprès des différents acteurs de l’alternance, en particulier les formateurs du domaine technique....

L’évolution des métiers, du compagnonnage à la formation en alternance…

Dans le domaine de la formation en alternance, la réflexion sur les meilleures modalités de "transmission" des compétences professionnelles, a été constante auprès des différents acteurs de l’alternance, en particulier les formateurs du domaine technique. Certains, de par, leur parcours et la prégnance de leur expertise technique, ont misé sur la valeur d’exemple en privilégiant les méthodes pédagogiques démonstratives auprès de leurs apprentis. Ils considèrent qu’il faut guider pas à pas l’apprenant dans l’acquisition du geste professionnel "parfait".     

« Ils (les formateurs techniques) considèrent qu’il faut guider pas à pas l’apprenant dans l’acquisition du geste professionnel "parfait". »

 Implicitement, le formateur reproduit la modalité avec laquelle, sans doute, il a appris le métier.      

La pédagogie de l’alternance, réalités et postures…

Cette posture peut évoluer en cours de l’expérience, en particulier, pour les formateurs ayant suivi une formation en pédagogie de l’alternance. Ils découvrent ainsi d’autres méthodes et techniques de faire acquérir de nouvelles compétences techniques à leurs apprentis. En donnant davantage de place à l’expérimentation des apprentis et s’appuyant sur des situations problèmes (issues du contexte professionnel du jeune), ils favorisent une démarche d’apprentissage inductive.

« …s’appuyant sur des situations problèmes (issues du contexte professionnel du jeune), ils favorisent une démarche d’apprentissage inductive. »

Cette démarche réhabilite la place de l’erreur dans l’apprentissage et contribue à une meilleure appropriation des notions, concepts et savoir-faire par l’apprenti. Cela est d’autant plus opérant, s’il est mis dans des situations d’apprentissage où il peut confronter ses représentations à celles de ses pairs. Dans ces modalités, le formateur opère un changement de posture en devant davantage un facilitateur, une personne ressource, ainsi sa posture initiale d’expert sachant.

…Vers une alternance intégrative….

Lorsque le formateur accepte de sortir de sa zone de confort, en allant questionner ses pratiques pédagogiques et en privilégiant un travail collectif, interdisciplinaire en construisant avec les collègues d’enseignement général, des projets (Les co-inteventions, le chef d’œuvre…), les apprentis arrivent plus facilement à construire du sens autour de tous les apports disciplinaires de leur formation. En impliquant également l’entreprise comme partenaire à part entière dans la formation des apprentis, nous tendons davantage vers une alternance intégrative selon la classification de G. Malglaive[1].

Ce type d’alternance dans laquelle les savoirs théoriques et la pratique professionnelle sont plus étroitement imbriqués, conforte la stratégie d’une formation alternée explicite qui impliquent les différents acteurs de cet environnement complexe (l’apprenti, le CFA avec ses différents composantes, l’entreprise).

« En impliquant également l’entreprise comme partenaire, à part entière, dans la formation des apprentis, nous tendons davantage vers une alternance intégrative selon la classification de G. Malglaive[1]. »

 Et le numérique dans tout cela….        

En raison de la crise sanitaire et ses contraintes, les acteurs de l’alternance, à l’instar du monde économique et social, ont investi massivement les outils numériques (Les outils de visioconférences, les plateformes de discussion en ligne…) afin de pallier les difficultés liées à la distance et améliorer ainsi la communication dans la gestion des interactions entre l’apprenti, le centre de formation et l’entreprise. 

 Face au réel qui nous a fragilisé dans nos certitudes en bouleversant nos méthodes de travail, les formateurs et les responsables de formation ont cherché des solutions numériques afin d’assurer la continuité pédagogique et formative de notre mission.

 Devant l’urgence de cette situation, plusieurs organismes de formation ont mis en place des classes virtuelles et de fils de discussion sur des groupes Facebook, WhatsApp et autres modalités de maintien de contact avec les apprentis.  Cette situation a révélé l’impréparation des acteurs et l’usage très minimaliste du numérique d’autant plus que ces classes virtuelles n’ont été qu’une simple transformation du cours traditionnel en présentiel à un cours dispensé, de façon aussi magistrale, en ligne.

Cette crise sanitaire inédite a accéléré la prise de conscience sur les enjeux de l’intégration du numérique dans nos pratiques pédagogiques. Plusieurs questionnements ont surgi de cette période expérimentale forcée : comment faire cours en distanciel ? Comment former aux gestes professionnels d’un métier des jeunes qui ne sont pas avec nous dans une salle d’atelier ? Comment améliorer nos pratiques pédagogiques traditionnelles avec le numérique ? 

« Cette crise sanitaire inédite a accéléré la prise de conscience sur les enjeux de l’intégration du numérique dans nos pratiques pédagogiques. »

 D’autres expérimentations plus audacieuses ont démontré qu’on peut s’appuyer sur le potentiel du numérique en pédagogie, dans le renforcement d’un certain nombre de dispositifs d’accompagnent individualisé, des dispositifs d’évaluation plus aboutis, des dispositifs de classe inversée….

Encourager l’expérimentation pédagogique avec le numérique

Le numérique peut ainsi rendre les enseignements techniques plus propices à l’appropriation de l’apprenti des bases et les savoir-faire de son futur métier. L’utilisation de la vidéo en atelier en synchrone ou en asynchrone, est un exemple probant. Le formateur peut rendre son cours de technologie plus attractif grâce à des vidéos en situations, qui peuvent être transformées en capsules interactives avec des quizz et des évaluations formatives (en utilisant les solutions H5P ou Ed Puzzle…).

Il peut également, en cohérence avec une démarche pédagogique active, s’appuyer sur les outils numériques pour mieux expliciter les différentes étapes et points de vigilance dans l’exécution d’un geste professionnel, avec la technique de l’auto confrontation croisée qu’offre la vidéo (l’apprenant peut utiliser son smartphone pour filmer son MA lors de l’exécution d’une tâche et vis-versa, visio-conférence entre l’atelier en centre de formation et l’atelier en entreprise...)

Le numérique peut également favoriser une communication intégrative entre l’entreprise et le centre de formation avec la mise en place d’un livret d’apprentissage interactif et évolutif vers un portfolio de compétences…tout au long de la formation de l’apprenant.

Les apports du numérique dans la pédagogie sont prometteurs malgré des débuts encore balbutiants. Néanmoins, il faudrait être vigilant sur l’effet révolutionnaire du numérique sur la formation.  

« Le numérique peut également favoriser une communication intégrative entre l’entreprise et le centre de formation. »

Il est plus que nécessaire de bâtir collectivement un contrat de cohérence pédagogique explicite impliquant tous les acteurs de l’alternance dans lequel le numérique peut jouer un rôle central. Ce contrat est à construire sur trois principaux axes :

1.      La mise en place des modules d’accompagnement de l’apprenant dans sa démarche d’apprendre à apprendre (la mise en place de haltes réflexives, des modules en ligne sur le cerveau et les mécanismes d’apprentissage, l’importance de la mémoire, les enjeux de l’attention et du sommeil, de l’engagement actif et l’importance de la rétroaction, du feedback) ….

2.      La formation continue de tous les acteurs, en particulier les formateurs aux nouvelles méthodes pédagogiques actives et qui intègrent le numérique pour mieux renforcer l’appropriation des connaissances, l’acquisition des compétences et également renforcer l’autonomie des apprenants. 

3.      L’approfondissement du partenariat avec les entreprises dans des projets gagnant/gagnant avec des immersions régulières dans des contextes de travail réels pour les transformer en des moments formateurs et apprenants. L’entreprise va bénéficier de notre expertise extérieure surtout avec notre connaissance fine des facteurs d’engagement des jeunes en formation. Là aussi, le numérique a toute sa place pour nous y aider dans ce nouveau partenariat avec le monde de l’entreprise.

« Il est plus que nécessaire de bâtir collectivement un contrat de cohérence pédagogique explicite… »

Conclusion et perspectives

Afin d’avoir un regard critique et distancié sur les apports du numérique en pédagogie en général et dans le milieu de l’alternance en particulier, il est vital de favoriser les démarches expérimentales coconstruites collectivement de façon concertée. Ces expérimentations doivent être pilotées par les différents acteurs afin d’évaluer toutes les dimensions : pédagogiques, éthiques économiques, sociales, dans une perspective d’essaimage et de pérennisation.

Cela va certainement nous aider à développer davantage notre posture réflexive et proactive.

Nous devons également sortir du déni et accepter définitivement notre vulnérabilité comme le dit si bien la philosophe et psychanalyste Cynthia Fleury[2] : « C'est terrible parce que la pandémie raconte l'expérience d'une vulnérabilité systémique. Nous sommes vulnérables, c'est notre condition. Mais nous avons aussi en partage le déni de la vulnérabilité, ce qui ne nous aide pas parce que la vulnérabilité est un réel qu’on ne peut pas nier. On peut tout faire pour l'éviter, le réduire, et c'est bien l'enjeu. Mais le fait de le dénier empêche d'en faire un levier capacitaire. »

 

Si vous souhaitez en savoir plus, nous vous invitons à visionner la conférence à ce sujet réalisé dans le cadre de DIGITALISE, qui est un dispositif de la région Centre Val de Loire que nous accompagnons. 

 

Conférence sur le management pédagogique 

 

[1] G. MALGLAIVE, Alternance et compétences, Les cahiers pédagogiques, n° 320 p ; 28, 1993 p.28

[2] Cynthia Fleury Le soin est un humanisme Gallimard, collection Tracts, 2019