• Nathalie BOURCHEIX

Quand on parle d'individualisation de la formation, de quoi parle t-on exactement ?

L’individualisation dans la formation, résonne comme une promesse de qualité ; l’organisme de formation qui propose des parcours individualisés se démarque par une offre B to C attractive.

Quel apprenant ne rêve pas d’une formation sur mesure qui tiendrait compte strictement de ses besoins, de ses projets et de ses pré-acquis? Une formation qui proposerait exactement les enseignements dont il aurait besoin ?

Est ce une chimère ou une réalité possible ?


D’ailleurs, l’individualisation est il un concept, un outil, un dispositif ?

Et bien les 3 mon capitaine.

C’est d’abord un concept qui s’oppose à la logique de l’enseignement « autobus », standardisé, collectif et impersonnel. Pour individualiser une formation, l’équipe pédagogique doit être capable de souplesse et d’adaptabilité dans son organisation.



Elle doit entre autres concevoir et utiliser des outils de positionnement pertinents et ciblés à la fois sur le repérage des acquis, des besoins et des projets de l’individu et les pré-requis dont celui ci aurait besoin pour suivre les enseignements proposés.

A cela il faut ajouter une nécessaire formalisation du parcours


comme une feuille de route. Cette dernière va évoluer en fonction de la progression et de la réalité des besoins du candidat. Elle sera aussi adossée à une procédure d’accompagnement, dont la fréquence serait proportionnelle au besoin, à la maturité et à l’autonomie de l’individu sans oublier une procédure de communication entre les différents interlocuteurs, (l’intéressé, les enseignants, l’administration, les entreprises ...). Aussi, l’équipe administrative de l’établissement doit être réactive et collaborative et les enseignants doivent faire preuve de qualité de concepteurs de supports d’auto-formation ou de renforcement et de gestion de groupes à géométrie variable.



Bref, un dispositif de formation individualisé nécessite un cadrage anticipé et une formalisation structurante pour éviter le stress de l’improvisation et pour répondre avec pertinence à sa finalité d’une offre de formation satisfaisante pour le candidat. Soyons clair, c’est un luxe, quand on sait que le modèle économique et l’organisation d’un OF, reposent sur une logique de masse.


Pour autant, les chassés croisés en formation, les entrées et sorties permanentes et les différentes sources d’hétérogénéité (FLE, dys, reconversion, diplômés ...), forcent de plus en plus la nécessité de proposer des réponses individualisées adaptées. Certains OF ont fait évoluer leur organisation vers un modèle à la carte en proposant une modularisation des formations pour tous. Ce processus de changement prend en général 2 ans de conception pour une mise en œuvre progressive.


D’autres, font cohabiter deux systèmes, l’un, (le principe de groupe classe et de progression de formation annuelle), abrite l’autre (parcours adaptés pour les 3 grands types de publics cités plus haut). Quelque soit le dispositif, la transformation des méthodes de travail s’inscrit en profondeur et s’avère inéluctable. Mais cela est bien au-delà de l’individualisation qui constitue un des éléments du grand virage qu’a pris la formation en France.

36 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout